La vie sportive

Choix d’une montre connectée, état 2018

Depuis 2014, les trackers d’activité et moi, c’est une grande histoire…

Ça a mis longtemps à vraiment m’aider dans le sport mais j’adore allier mon coté geek au sport. Car pour moi, être geek est plus naturel que d’être sportive 😃.

Mon premier tracker : Withings Pulse OX

Avril 2014

A l’origine, le but était surtout de compter mes pas, c’était le nouveau trend : « L’OMS recommande de faire 10’000 pas par jour ». Le must a été pendant notre séjour à New York où j’ai oscillé entre 11’000 et 23’000 pas par jour. Ca c’est le coté vraiment super fun de pouvoir « voir ce qui a été accompli »

Il était petit, il pouvait se glisser dans une poche (ou même dans le soutiens-gorge quand les poches n’étaient pas au rendez-vous 😂), il avait une autonomie assez grande. Il avait un bracelet pour dormir.

Mais petit qui va dans la poche veut dire : passe à la lessive un jour ou l’autre… et ce qui devait arriver arriva.

A cette époque, bien que pleine de bonne volonté, le sport ne fait pas vraiment partie de ma vie et je n’atteins quasiment jamais mes 10’000 pas par jour. Cependant, ça plante une petite graine qui me fait bien prendre conscience que je ne bouge pas assez !

Mon deuxième tracker : Jawbone Up 24

Septembre 2014

Lorsque j’ai dû changé suite à l’immersion de mon Withings Plus, j’ai songé à la montre Withings Activité Steel mais à l’époque, je n’étais pas prête à troquer ma montre traditionnelle en permanence. Et ne pas porter la Withings voulait dire que je ne comptais pas mes pas.

Là, c’était un bracelet. C’était pas mal car je pouvais garder la montre… Sauf qu’en fait, je ne supportais pas l’épaisseur sur mon poignet droit, donc je le portais sur la droite. Il restait encore assez petit pour être glissé dans une poche si besoin.

Mon troisième tracker : Jawbone Up Move

Avril 2015

Le bracelet, ce n’étant pas le top, je repasse au mini tracker qui va partout. Autonomie aussi élevée, plus que le Up 24.

Mais rien à faire, je ne suis pas 100% satisfaite, surtout de l’application ainsi que du manque d’accès via le web. Je retourne à mes premiers amours.

Mon quatrième tracker : Withings Go

Mai 2016

Withings sort à nouveau quelque chose de petit, n’étant pas convaincue par l’application Jawbone, je rebascule chez eux.

J’ai donc jeté mon dévolu sur la Withings Go. Toujours aussi petit que le Pulse, pas d’affichage mais une autonomie de plusieurs mois. Ca c’était vraiment top.

Mais j’ai commencé à trouver l’application Withings trop light pour le sport, ça allait bien tant qu’on ne cherchait qu’à compter les pas.

Je commence à me mettre sérieusement au sport et que ce soit Withings ou Jawbone, je trouve que c’est trop light. Pas de suivi GPS, on peut enregistrer des activités après coup mais pas pendant (en tous cas, pas facilement).

Mon cinquième tracker : Garmin Vivoactive

Décembre 2016

J’entre dans la cour des grands ! Là, je peux vraiment enregistrer mes séances de sport, mes séances de run, de vélo, le tout avec GPS.

Le plus : Par défaut, il ne propose pas d’imposer 10’000 pas par jours, il s’adapte aux jours précédents. Plus on fait, plus on doit faire. Donc on commence petit, avec un objectif atteignable. On réussi un jour, deux jours, trois jours, ça augmente à chaque fois, ça devient un jeu.

L’autonomie redescend par rapport aux autres, on passe à 7-10 jours environ.

Les notifications de mon téléphone font leur apparition. Au début, je trouvais ça futile et pas nécessaire, je suis déjà suffisamment accro à mon téléphone. Mais je me prends au jeu. Un truc top : quand je cuisine, j’entends l’arrivée d’un message ou d’un appel, je check ma montre et je vois si c’est important ou si je peux continuer à plonger mes mains dans la farine.

Contrairement à ce que je pensais, ça ne me dérange pas du tout de dormir avec malgré que ce soit un peu plus encombrant que mes précédents bracelets.

Mon sixième tracker : Garmin Vivofit 3

Février 2017

Le plus de Garmin, c’est qu’on peut avoir plusieurs tracker connectés à l’application. Ainsi on peut varier en fonction de l’activité (plus sport ou plus chic).

Donc pour les fois où je veux porter ma montre traditionnelle ou que la Vivoactive charge, j’ai opté pour le Vivofit 3. Il est basic, plus dans le registre des Withings et Jawbone mais pour compter les pas ou analyser le sommeil, il va très bien. Il se porte dans un bracelet ou seul, glissé dans la poche (ou dans le soutif !)

Mon septième (et dernier) tracker : Garmin Fenix 5S Saphir

Juin 2017

La vivoactive était cool mais mon mari ayant la Fenix 3, je vois qu’il a des fonctionnalités que je n’ai pas. Surtout sur l’analyse des entrainements, mais aussi elle n’est pas étanche. Ca peut sembler futile mais je suis une geek dans l’âme…

Je saute le pas ! Malgré le prix bien élevé, elle est vraiment top et complète : étanche, connecteur facile pour charger (propriétaire comme tous les autres mais proche de l’USB, facile à brancher, ce qui n’était pas le cas des modèles précédents). Autonomie 7-10 jours (10 jours voire plus en hiver quand j’utilise peu le GPS, 7 jours voire moins aux beaux jours quand j’utilise beaucoup de GPS. Elle est jolie, on la prend facilement pour une vraie montre (les gens ne réalisent pas au premier coup d’oeil que c’est une montre connectée). Il est très facile de changer le bracelet. Personnellement, j’ai ceux de base : le blanc en silicone et le gris en daim mais on peut en acheter d’autres. La montre n’est pas du tout trop grosse contrairement à beaucoup d’autres (notamment la Fenix 3 qui était très intéressante mais beaucoup trop grosse pour mon poignet féminin).

Ca fait maintenant 1 an et demi que je suis avec Garmin et c’est la première fois que je n’ai pas du tout envie de changer de système. On est à l’abri de rien et les idées changent mais je suis vraiment convaincue du produit. Tant du point de vue logiciel (sur la montre, l’application smartphone, la version web) que du design.

Elle vaut son prix, c’est un certain budget. Si on a moins de budget et/ou que le look « montre traditionnelle » est moins important, d’autres modèles Garmin feront l’affaire. Il est facile de comparer les fonctionnalités ICI.

A cette montre, j’ai ajouté quelques accessoires :

  • L’accéléromètre pour calculer plus précisément mes run. En extérieur, ma vitesse est rafraichie plus vite, ça me permet de mieux surveiller mon allure. En intérieur, pouvoir garder un meilleur enregistrement. Sur le tapis, je vois le résultat du tapis mais celui-ci ne restera pas une fois arrêté.
  • Ceinture cardiaque pour avoir plus de renseignements sur mes entrainements, notamment, mon VO2, mon oscillation et rapport vertical, équilibre du temps de contact avec le sol, etc…
Print Friendly, PDF & Email

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.